Un travail de pros

De nombreuses surprises nous attendaient cachées sous les couches de peinture, les plus ennuyeuses étaient l’état du safran en bois pourri, et des tôles attaquées par la rouille au niveau des hublots. C’était sérieux ! Pas question de tailler nous-même notre nouveau safran dans n’importe quelle planche ou de partir avec un bateau-passoire. On ne s’improvise pas charpentier de marine ou soudeur en une semaine alors, pour une fois, nous avons fait appel à des professionnels.

Nous voilà tranquilles de ce côté là.

Les commentaires sont fermés.