Plouf !

Après 9 longs mois au sec, l’eau de mer vient à nouveau lécher la coque de Rêveur de Jour.

.

.

.

D’abord intimidé par la grue, RDJ s’est bien vite installé dans son nouvel hamac. Dernières retouches de peinture pour pallier aux patins pas peints. Puis la sieste, et enfin l’heure du bain. Afin d’éviter une terrible hydrocution, notre côtre effleura du bout de la quille l’eau froide du port boulonnais. Immédiatement rappelé à ses aventures passées par sa madeleine salée, il plongea tout de go le reste de sa carène.

Le moteur – Georges pour les intimes – vrombit. Un petit panache de fumée plus tard, le bout-dehors de RDJ pourfendait le bassin Napoléon, droit vers le large. Un instant bloqué par un éclusier médusé par sa fougue, il usa de toute sa ruse pour filer l’étrave d’un chalutier et passer avant que les battants ne battent. Bridant la barre pour empêcher le navire de filer droit vers les alizés, l’équipage choisit sagement un catway pour s’amarrer.

Les préparatifs continuent.